Becoming Animal

 

In Klervi Bourseul's work, there is this sort of becoming-animal Gilles Deleuze is so fond of in « A thousand plateaus ». An intensity that is felt on the canvas in an unexpected dimension, akin to a metamorphosis uniting opposite poles. Carl Jung mentions that animals play a particularly important part in dreams and also interfere in our daydreams. They feed our spirituality, open up disturbing vistas and create a correspondence of deep connections with the Elementary. In each of her works, Klervi Bourseul goes deeper into the Invisible. This process is but the expression of what spurs the artist's mind when she conjures up these shapes in their primordial nudity, their metaphorical oddities leaving the field of dreams open to a perpetual motion. These spurting figures question us about what could become of our repressed animality. We recognize in her work what the American Indian shamans call « The Great Whole », what our modernity divides and compartmentalizes so far as to forget its existence.

 

Bruno Geneste

 

—Translated by Amapola Limballe

Devenir Animal

Il y a dans les travaux de Klervi Bourseul ce devenir-animal cher à Gilles Deleuze dans ses « Mille Plateaux ». Cette intensité, qui sur la toile, prend une dimension inattendue, proche de la métamorphose où les contraires s’unissent.  Carl Jung  rapporte que l’animal joue un rôle particulièrement important dans les rêves et  s’invitent dans nos songes. Ils  transcendent, ouvrent des espaces troublants, créent une correspondance de rapports profonds avec l’élémentaire.  Ce  lieu de l’invisible que Klervi Bourseul approfondie dans chacune de ses œuvres. Ce travail n’est que l’expression de ce qui anime l’esprit de l’artiste lorsqu’elle fait surgir ces formes dans leurs nudités primordiales, leurs étrangetés métaphoriques laissant  le champ  onirique ouvert à ce perpétuel mouvement. Ces geysers de figures nous interrogent sur ce devenir d’une animalité refoulée. On retrouve dans cette œuvre ce que les chamans amérindiens appellent  le  « grand tout » et que notre modernité sépare et cloisonne jusqu’à en réfuter l’existence.

 

Bruno Geneste

Gripped by the underlying roughness of Klervi Bourseul's works, you can be shocked, you can feel strained or disturbed by a shameless sight, you can also wonder if the artist's hand has not gone beyond her intention.

This is precisely the point.

« (My) painting is a process of disclosure ». Klervi is the astounded witness of this process, just like us. Without tackling the interpretation of the figures that gush from the commitment of the artist's body to the creation of her painting, it is obvious that the artist's hand is essential in the process. It sets the captive figure free. This can't happen under the constraint of an overstrict planning. Once the emotive power sufficiently loaded to reach the expressive stance, the painter knows that he must give up part of the control on his hand. His task as an artist lies in the other aspect: his action to materialize an access to the space conceded to the Unconscious.

Between Henri Michaud's mescaline inspired drawings, which were sorts of seismographs of his psychic activity, and one of Andy Warhol's screen-prints, free from any physical contact of the artist with his work, there is a great space open to the artist's hand.

 

Yvain Bornibus,

Artistic Director of « Arts on the tip »

 

Translated by Amapola Limballe

Saisi par la brutalité sourde des oeuvres de Klervi Bourseul on peut, choqué, se sentir agressé ou gêné par un spectacle impudique et se demander si le geste de l'artiste n'a pas dépassé sa pensée. 

C'est bien de cela qu'il s'agit.

"(Ma) peinture est un exercice de révélation", Klervi en est, comme nous, le témoin stupéfait. Sans aborder l'interprétation des images qui surgissent de cet engagement du corps de l'artiste dans l'accomplissement de la toile, il est évident que le geste est un artisan essentiel de cette réalisation. C'est par lui que s'évade l'image prisonnière.

Le phénomène de peut se produire sous la contrainte d'un projet trop planifié. Une fois la charge sensible accumulée en lui pour accéder au moment de l'expression, le peintre sait qu'il doit renoncer en partie au contrôle exercé sur le geste.

Sa responsabilité d'artiste tient dans l'autre partie: celle ou il intervient pour mettre en oeuvre un accès au périmètre concédé à l'inconscient.

Entre les dessins sous mescaline d'Henry Michaud, sortes de sismographes de l'activité psychique, et une sérigraphie d'Andy Warhol vierge de tout contact physique de l'artiste avec son oeuvre, s'ouvre grand l'espace offert au geste du peintre.

 

Yvain Bornibus,

Directeur artistique de l'Arts à la pointe

Klervi is Brittany

 

« Brittany is universe »

Saint-Pol-Roux

 

« Hey, I still feel you, Yellow moors of Armor »

Tristan Corbière

 

As I was reading over my jottings and reopening my notebook to write this text about Klervi's work, I was overwhelmed by the evidence and suddenly knew why this work, in which you can make out « the quivering glints of the future », pleased me so much and was so meaningful to me : Klervi is Brittany !

She is Brittany in the dark figures of those wounded cormorants, too often bogged down on beaches – round head and sharp beak in the tragic elegance of their scream – who come and haunt her paintings as totems. The bird has been her kin since her childhood when a loved grandfather, Jean Moign, founder of the People's Theatre of Brittany, made her discover the winged... « The bird, of all our blood relations the most eager to live » as Saint-John Perse said.

She is Brittany with her wash-painted skies whose acid colours delight the eye, like the colours of a sunny dawn on the sea when the star in the east shines forth with all the luminescence of the world soul.

Klervi is Brittany like the insects who pace up and down her work in the pantheistic magnificence of a turbulent universe reminiscent of the Huelgoat chaos where Segalen breathed his last.

She is Brittany in her vision of the Ouessant goat as an old witch sniggering with delight at the thought of checkmating,« between heaven and earth », all the Maunoirs and Le Nobletz of the creation.

She is Brittany in the night of the dark canvasses where the doors of the Next World open on Samain's promises or when, from the heart of darkness, gleam the thousand dead eyes of the Anaon, unless they are the shrewd eyes of the Breton goblins.

Klervi is Brittany in the black and red of her engravings, in the colour of the flags André Breton in his teenage years in 1913 could see flying in the Pré Saint-Gervais at the time of a great mass meeting where Jaurès made a speech and which impressed him so much. Also the colour of the « Penn sardin » rebellion in Dournenez, celebrated by Prévert.

She is Brittany in the fantasy world she shapes, happy to let herself be caught unawares by what may occur, her gesture being both spontaneous and delicate, in the disquieting strangeness of her images of disturbance.

She is Brittany when, from the egg shapes she cherishes, betraying how tempted she may be by volume, stem her Keridwen-like metamorphoses of the living.

She is Brittany: she lives and works in Pont-Aven where the wandering souls of Paul Gauguin, Émile Bernard, Charles Filiger or Paul Sérusier are still roaming between a somewhat faded Vision of the sermon and Breton women in the field. Paul Cérusier, « called by the spirit », whose Talisman, as in the intense brilliance of the free colours of her work, definitely exonerates painting, prophetic as it is, from any sterile imitation.

Pont-Aven and we can't fail to evoke the great fervour she also feels for the authentic « vanquished figure » of Xavier Grall as a Fantasy Bard, who keeps following her from the banks of the Aven to Bossulan. He thought, as she expresses in her paintings, that « only those who dream are able to live high »!

Klervi Bourseul, this thirty-year-old young artist, « figurative without a narrative intention », trained in Fine Arts in Quimper, is Brittany when « Brittany is universe ». That is what gives her constantly evolving work a taste of the sea and a scent of ancient forests.

Patrick Lepetit

Translated by Amapola Limballe

Klervi est Bretagne

 

"Bretagne est univers."

Saint-Pol-Roux

"Ho,  je vous sens encore / Landes jaunes d'Armor."

Tristan Corbière

Alors que je reprenais mes notes et rouvrais mon carnet pour écrire ce texte sur l'œuvre de Klervi, l'évidence s'est imposée à moi, et j'ai su pourquoi ce travail, où se devinent les "reflets tremblants du futur",  me plaisait et me parlait : Klervi est Bretagne ! 

Elle est Bretagne dans les silhouettes noires - figure ronde et bec pointu dans l'élégance tragique du cri -  de ces cormorans blessés trop souvent englués sur les plages - et qui, totémiques, s'en viennent hanter ses peintures. Fraternité de l'oiseau - "L'oiseau, de tous nos consanguins le plus ardent à vivre", selon le mot de Saint-John Perse - depuis que dans l'enfance un grand-père aimé, Jean Moign, le fondateur du Théâtre Populaire de Bretagne, lui a fait découvrir la gent ailée...

Elle est Bretagne avec ses ciels en lavis d'aquarelle aux couleurs acidulées comme celles qui enchantent l'œil par ces matins de soleil sur la mer où l'astre au levant se pare de toute la lumière de l'âme du monde. 

Klervi est Bretagne comme les insectes qui arpentent ses travaux dans la splendeur panthéiste d'un univers tourmenté à l'image de ce chaos du Huelgoat où Segalen a rendu le dernier souffle. 

Elle est Bretagne dans sa vision du bouc d'Ouessant en vieux mage ricanant de plaisir à l'idée de damer le pion, "entre ciel et terre", à tous les Maunoir et Le Nobletz de la création. 

Elle est Bretagne dans la nuit des toiles noires où s'ouvrent les portes de l'Autre-monde sur les promesses de Samain ou lorsque du fond des ténèbres luisent les milliers d'yeux morts de l'Anaon, à moins qu'il ne s'agisse de ceux, malins, des korrigans.

Klervi est Bretagne dans le rouge et noir de ses gravures, de la couleur des drapeaux qu'en 1913, un André Breton adolescent voyait flotter au Pré Saint-Gervais à l'occasion d'un grand rassemblement populaire avec discours de Jaurès - et qui devaient lui faire si forte impression. De la couleur aussi de la révolte des "Penn sardin" de Douarnenez, chantée par Prévert.

Elle est Bretagne dans l'imaginaire auquel elle donne forme, heureuse de se laisser surprendre par ce qui survient, en un geste aussi spontané que délicat, dans l'inquiétante étrangeté de ses images d'intranquillité.

Elle est Bretagne quand, partant de ces formes ovoïdes qu'elle affectionne et qui trahissent chez elle la tentation du volume, elle donne issue, à la manière de Keridwen, à toutes les métamorphoses du vivant.

Klervi est Bretagne, qui vit et travaille à Pont Aven, où rôdent encore, entre Vision du sermon un peu défraîchie et Bretonnes dans la prairie, les âmes errantes de Paul Gauguin, Emile Bernard, Charles Filiger ou Paul Sérusier, "l'appelé par l'esprit" dont le Talisman, comme chez elle, dans le vif éclat des couleurs libérées, exonère définitivement la peinture, qui se fait prophétique, de la stérile imitation. 

Pont Aven, et c'est dire encore dans quelle fièvre, où l'accompagne aussi, des bords de l'Aven à Bossulan, ce vrai "grand vaincu", Xavier Graal, en Barde imaginé qui pensait comme elle le peint que "ne vivent haut que ceux qui rêvent" !

Klervi Bourseul,  jeune "artiste figurative sans volonté narrative" d'une trentaine d'années formée aux Beaux Arts de Quimper, est Bretagne quand "Bretagne est univers" et c'est ce qui donne à son œuvre en devenir son goût d'iode et son parfum de très vieille forêt.

 

Patrick Lepetit