Les encres et gravures de Klervi Bourseul évoquent un univers hybride entre l’homme et l’animal, entre le rêve et le cauchemar.

À travers des silhouettes fantomatiques, l’utilisation de la transparence associée à des touches de peinture épaisses, se crée un dialogue entre l’effrayant et le séduisant. L’artiste provoque des renversements, opposent des éléments, crée des couples improbables.

Les thématiques, centrées autour du vivant : la figure animale, la figure humaine et le végétal véhiculent avec elles leurs symboliques. Ces éléments, une fois couchés sur le papier se métamorphosent encore pour révéler un autre monde. Le geste de peindre, graver ou dessiner cherchant sans cesse à exprimer l’inconscient.

On peut discerner ici un oiseau, un insecte, ou encore une silhouette humaine. Ces éléments figuratifs ne sont pourtant pas là pour nous narrer une histoire mais plutôt pour évoquer chez le spectateur, à travers leur croisement, la part d’ombre, de doute et de questionnement inhérents à notre existence, manière d’évoquer la vanité humaine comme le faisaient les peintres flamands au 17ème siècle.

Les réalisations de Klervi Bourseul sont instinctives, souvent sans croquis préalable, mais dans un rapport étroit du corps, du geste avec la matière qu’elle travaille. L’élaboration de son œuvre se fait par collage, composition et recomposition, dans le plaisir de peindre, de graver, de jouer avec le hasard, à la manière des surréalistes et de l’écriture automatique.

 

Nathalie Petit

Klervi Bourseul's inks and engravings evoke a hybrid world between man and animal, dream and nightmare.

In her ghostly silhouettes, the frightening and the enticing echo each other by the use of transparency associated with strokes of paint. The artist causes reversals, opposes elements, which creates unlikely couples.

The themes focus on the living: the animal figure, the human figure and the plants convey their own symbolism. These elements, once on the piece of paper, are still transformed to reveal another world. In the act of painting, burning or drawing, the artist constantly seeks to express the unconscious.

We can perceive a bird, an insect, or even a human silhouette. However the aim of these figurative elements is not to tell us a story, but rather to evoke, in their intertwining, the part of shadow, doubt and questioning inherent in our existence, a way of evoking human vanity, as the Flemish painters did in the 17th century.

The achievements of Klervi Bourseul are instinctive, without prior sketches, but in a close relationship of the body, the gesture with the material she works on. She resorts to gluing, composition and re-composition, delighting in the act of painting, burning, playing with chance, like the Surrealists and as in automatic writing.

 

Nathalie Petit